Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
 Généalogie
Manuel
  personnages principaux
  Ferdinand
  Ghemar?
  Louis-Joseph
  Paul Grattier
  L'épi d'or
  Le cas Lagoutte
  Claudie André
  Berthot
Gens du Nord
Morvandiaux
Anciens Morvandiaux
Les Bretons
Les Normands
Gâtinais
Parisiens
Dumay
Alliés
Bilan
Contact
Recherche
Liens
 
 

Les personnages principaux

 

Le cas Lagoutte - Bobereau !

 

Cette "étude de genre" concerne Elisabeth Bobereau la grand mère de ma grand mère Louise Ghémard. Vous pourrez retrouver les autres personnages de l'histoire en passant par son arbre 

C'est y le Lagoutte ou la Bobereau ?

Nos imaginations pourtant fécondes ne nous ont pas permis de trouver une explication plausible pour cette transformation !!!

Un mariage, mais avec qui ?

Le dimanche trente mai mille huit cent cinquante huit à midi, le maire de la commune de Mesvre annonce à haute et intelligible voix qu'il a été proposé le mariage entre Pierre Lagorgette, fils majeur et légitime de Jean Lagorgette et de Lazarette Chevalier, tous cultivateurs domiciliés ensembles à Croncey commune de Mesvres, et Elisabeth Bobereau [grosse rature mais on devine], sans profession, domiciliée avec son père, fille mineure et légitime d'Emiland Lagoutte cultivateur, propriétaire du bois de Montboeuf, commune de Mesvres, et de feu Jeanne Ménager ...

Elisabeth Bobereau ne porte donc ni le nom de son père légitime, ni le nom de feu sa mère !!! C'est étrange.

Le dimanche suivant, six juin 1858, le maire s'égosille derechef pour annoncer à nouveau la promesse de mariage entre Pierre Lagorgette et Elisabeth Bobereau dont le nom est plus lisible mais encore surchargé sur un autre nom dont on peut penser que c'est Lagoutte, le queue du "g" étant parfaitement visible. Il précise d'ailleurs en bas de document que la surcharge est approuvée sur Bobereau.

Dans la marge également Bobereau est surchargé sur un probable Lagoutte.


Cliquez

La première promise se serait-elle désistée au profit d'une autre adoptée par les mêmes parents ???

L'acte de naissance d'un garçon de la même famille ?

En ces temps là on voyageait peu. La demoiselle Bobereau est probablement née à Mesvres. Son année de naissance probable se retrouve dans les actes de naissance de ses enfants et elle en a eu plusieurs.

Vingt ans en 1859. Je recherche donc les naissance de l'année 1839 ... mais ne trouve pas d'Elisabeth Bobereau, ni d'Eliabeth. Par contre un intrigant Lagoutte Emiland : même nom que le père de la demoiselle.


Cliquez

Et c'est là que tout s'éclaire concernant la rature, tout en s'obscurcissant fortement pour ce qui est de la nature ...

L'an mille huit cent trente neuf, le douze mai à midi, le maire de Mesvres, reçoit d'Emiland Lagoutte [souligné], agé de quarante quatre ans, propriétaire au bois de Montboeuf, commune de Mesvres, qui déclare qu'il est né la veille, onze mai à sept heures du soir en son domicile, un enfant de sexe masculin [souligné] qu'il présente en personne et auquel il donne le prénom d'Emiland [souligné], lequel enfant il a eu de Jeanne Ménager, sa légitime épouse.

Jusque là rien d'anormal sauf que la marge habituellement peu employée, est ici occupée entièrement et même plus par ce qui suit ...

Suivant jugement rendu par le tribunal civil d'Autun, le quinze juin 1858 [soit dans les jours suivant la proclamation du mariage], il a été ordonné que l'acte ci contre soit rectifié dans ce sens

1° Que le nom propre Bobereau sera substitué à celui Lagoutte donné par erreur à la Demoiselle Bobereau et à son père.

2° Que le prénom Elisabeth sera substitué à celui d'Emiland et les mots "sexe féminin" à ceux de "sexe masculin".

La présente mention faite en conformité de l'article 101 du code Napoléon, par le commis greffe au tribunal civil d'Autun. Soussigné le 16 juin 1858.


Cliquez

Erreur de déclaration d'un père analphabète et enivré par la joie d'avoir une fille ou rare cas d'hermaphrodisme, pourquoi pas.

Mais pourquoi rectifier également le nom de famille en déclarant que cette erreur concerne également le père (qui pourtant dans les actes de naissances de ses petits enfants est toujours Emiland Lagoutte) ???

Lors de son mariage, Emiland junior était donc déjà devenu Elisabeth. Mais pourquoi ensuite Bobereau plutôt que Lagoutte ???

Les archives du tribunal d'Autun sont-elles encore disponibles pour l'année 1858 et éclairciront-elles cette étrange affaire ?

Les attendus du jugement attendu

La transcription du jugement était tout simplement parmi les actes de naissances, à la date du jugement en question. C'est quand même bien pensé l'état civil !

Au seize juin mille huit cent cinquante huit, transcription du jugement de rectification du tribunal civil d'Autun pour Lazare Bobereau dit Lagoutte et Elisabeth Bobereau dit Lagoutte.

Napoleon par la grâce et la volonté nationale, Empereur des Français à tous présents et avenir, salut.

Le Tribunal civil d'Autun, département de Saone et Loire a rendu le jugement suivant en suite de l'ordonnance rendue en marge de la requête dont la teneur suit :

A Messieurs les présidents et juges composant le tribunal civil d'Autun, Emiland Bobereau dit Lagoutte, propriétaire demeurant au bois de Montboeuf, commune de Mesvres, agissant comme tuteur légal de Lazare et Elisabeth Bobereau ses deux enfants mineurs, ayant le soussigné pour avoué, a l'honneur d'exposer qu'il a contracté mariage à la mairie de Mesvres le vingt trois juin mille huit cent trente cinq, avec Jeanne Ménager, que son véritable nom de famille est Bobereau, cependant dans les actes de naissance de ses deux enfants, dressés à la mairie de Mesvres, l'un celui de Lazare Bobereau le premier octobre mille huit cent trente sept, l'autre, celui d'Elisabeth Bobereau le douze mai mille huit cent trente neuf, on leur a donné par erreur le nom de famille Lagoutte, surnom sous lequel l'exposant est connu. En outre dans l'acte de naissance de sa fille on lui a donné le prénom d'Emiland avec la qualification "sexe masculin", tandis que le véritable prénom de sa fille est Eliabeth et qu'elle appartient bien au sexe féminin. Cette dernière erreur résulte de l'extrait de l'acte de baptême de ["Paule" me semble-t-il] Elisabeth Bobereau, délivrée par Monsieur le curé de Mesvres. Elle pourra en outre être attestée par témoins...


Cliquez

Voici donc le mystère levé !

C'était bien une fille, Monsieur le curé a vérifié !

Quand à Lagoutte, à force d'abuser de la goutte, il avait oublié s'appeler Bobereau !

Ce n'était que deux erreurs sans rapport l'une avec l'autre si ce n'est l'analphabétisme ambiant et donc l'impossibilité de vérifier si ce qu'on dit dans la langue du pays est bien retranscrit fidèlement en français à pleins et déliés et autres boucles ornementales.

Mais pourquoi donc, Emiland Bobereau se faisait il appeler Lagoutte, il restait ce mystère à éclaircir. L'explication est dans son acte de naissance. Le 28 pluviose an II, il est né à Uchon sans père légitime ni déclaré, mais il a reçu des prénoms étranges, Emilant Lagoutte.

Emiland est un prénom assez fréquent localement, c'est une déformation d'Emile, le nom d'un Saint mort près d'Autun en luttant contre les Sarrasins

Par contre Lagoutte est un nom de famille et donc probablement celui de son géniteur.

Emiland est le premier enfant sans père d'une chaîne qui va se répéter 2 fois encore, de 2 en 2 générations de ma généalogie. Il est suivi par Ferdinand et Pierre Ghémard


Sommaire / Généalogie / personnages principaux / Le cas Lagoutte

Dernière mise à jour le samedi 25 octobre 2014


Claudie André



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  10 requêtes