Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
 Généalogie
Manuel
personnages principaux
Gens du Nord
Morvandiaux
Anciens Morvandiaux
  Les Bretons
  Guénard
  Aïeux Guénard
  Cousins Guénard
  Autres Guénard
  Billon
  Bouvet
  Brault
  Chaperon
  Cochet
  Delatouche
  Dubourne
  Ecot
  Garancher
  Gaulier
  Royer
  Simon
  Théveux
  Vannier
Les Normands
Gâtinais
Parisiens
Dumay
Alliés
Bilan
Contact
Recherche
Liens
 
 

Les Bretons des marches

 

Les Guénard descendants de Joseph Guénard 1848 - 1910

 

Théophile Guénard, mon grand père maternel

Anne-Marie Guénard 1873-1951

Fille de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Née le 5 décembre 1873 à Saint Georges de Chesné

Mariée à Pierre Garancher le 23 mai 1898 à Saint Georges

Mère de 13 enfants dont Pierre, Anne-Marie, Joseph, Ange, Marie-Ange, Angèle, Anna, Germaine, Théophile, Maria et Georges

Décédée le 4 janvier 1951 à Saint Germain sur Ille


Anne Marie Guénard et Pierre Garancher


Cliquez

Josephine Guénard 1875-1960

Joséphine Emilie

Fille de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Née le 23 avril 1875 à Saint Georges de Chesné

Mariée à François Jean Marie Ecot le 20 avril 1907 à St Georges

Mère de Joséphine, Jean, Marcelle, Joseph

Morte à Dourdain le 5 février 1960, Chez ses enfants à "La Normandais"


Cliquez


Cliquez

Joseph Guénard 1877-1915

Joseph Jean Louis

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 10 juin 1877 à Saint Georges de Chesné

Réside à Paris, employé de commerce, en 1898, 1902 (40 rue du Marais ?) et 15 Bld Saint Germain en 1904

1 m 61, yeux roux comme ses cheveux et sourcils !

Variolé

Ne fait qu'un an de service militaire au 70e régiment d'infanterie, de septembre 1898 à septembre 1899, étant l’aîné d'une famille de 7 enfants. Secrétaire d'état major

Brevet de vélocipédiste militaire suite au concours d’août et octobre 1904

gallica "Art. 19. L'épreuve consiste en un parcours de 60 kilomètres en terrain moyennement accidenté. Ce parcours doit être accompli en moins de 6 heures. Il est exécuté sur une bicyclette amenée par le candidat."

Marié à Anaïs Dubourne le 18 aout 1913 à Plouha (Côtes-d'Armor)

Habite à Nantes, 14 avenue Carnot en avril 1914

Mobilisé le 4 aout 1914 au 76e régiment d'infanterie territoriale (les RIT sont composés d'hommes âgés de 34 à 39 ans, il a 37 ans)

Blessé par balle à la bouche et au cou, le 7 novembre 1914 à "Kortecker-Cabaret", commune de Pilkem, en Belgique (région de marais, à 50 km au nord de Lille, qui a été inondée volontairement pour bloquer l'attaque allemande)

Mort le 7 janvier 1915 à l’hôpital militaire de Caen (Calvados)

Inhumé au cimetière militaire de Caen

Le 76e RIT faisait partie de la 87e division d'infanterie territoriale, concentrée initialement près de Cherbourg en protection côtière, ce qui explique probablement son hospitalisation à Caen.

Père posthume de Joseph Guénard


Cliquez


Cliquez


Cliquez


Kortekeer Cabaret au centre de la carte

Marie-Rose Guénard 1879-1904

Marie Rose

Fille de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Née le 10 janvier 1879 à Saint Georges de Chesné

Mariée à Joseph Vannier le 22 février 1903 à St Georges.

Décédée au Canada, à Makinak, le 25 décembre 1904 (25 ans) de la tuberculose (consomption)

Son décès est constaté par le docteur Masson et il est déclaré par le Père Eugene Lecoq le 27 décembre à Sainte Rose du Lac (Manitoba)

Son décès a été déclaré une deuxième fois le 26 janvier 1905 à Ochre River qui est le "bureau de poste" voisin de Sainte Rose du lac. Il est déclaré par le docteur Mason de Makinak comme ayant eu lieu ce 26 janvier à Makinak

Elle est enterrée à Sainte Rose, dans une tombe anonyme. Elle est la seule Vannier enterrée là.


Cliquez


Cliquez


Cliquez

In 1895 Rev. Father Eugene Lecoq was named to replace Father Vales. Father Lecoq remained in Ste Rose until September 1909. He was born in Mans, Sarthe, France on the 23rd of February 1850; was ordained priest in 1874 and came to Canada in 1879. He died in 1926 in Rochester, Minnesota. He was a man of great zeal and worked very hard in his parish and missions.

Jean Marie Guénard 1881-1888

Jean Marie Pierre

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 7 janvier 1881 à Saint Georges de Chesné

Mort le 19 février 1888 à St Georges (7 ans)

Théophile Guénard 1882-1888

Théophile Jean Marie

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 14 aout 1882 à Saint Georges de Chesné

Mort le 20 février 1888 à St Georges (5 ans et demie)


Cliquez

Marie Louise Guénard 1884-1885

Marie Louise Joséphine

Fille de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Née le 3 juin 1884 à Saint Georges de Chesné

Morte le 17 janvier 1885 à St Georges (7 mois)


Cliquez

Ange Guénard 1886-1888

Ange Jean Louids

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 3 février 1886 à Saint Georges de Chesné

Mort le 3 mars 1888 (2 ans)


Cliquez

Tables décennales des décès à Saint-Georges-de-Chesné pour 1883 à 1892

On constate la mort de Jean Marie Guénard, 7 ans, le 19 février 1888 puis de Théophile, 5 ans et demie, le lendemain, et encore celle d'Ange, 2 ans, 11 jours plus tard. Tous les trois on été emportés par la variole.

Joseph qui avait alors 10 ans, avait ensuite gardé les marques de cette maladie.

Leur soeur Marie Louise était morte le 17 janvier 1885 à l'age de 7 mois et leur frère posthume, Alphonse mourra le 8 novembre 1892 à l'age de 5 mois, puis Jean à 6 mois.

Sur 13 enfants, seulement 7 survivront jusqu'à l'âge adulte mais 3 mourront peu après, Marie Ange, Pierre et Joseph.

Pierre Guénard 1887-1910

Pierre Marie Jean Louis

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 6 juillet 1887 à Saint Georges de Chesné

(il avait donc 7 mois quand la fratrie a été décimée par la variole)

Cheveux châtains, yeux roux, 1,71 m

Classé dans les services auxiliaires pour surdité

Effectue son service militaire à la 1re compagnie de cavaliers de remonte, d'octobre 1908 à septembre 1910

Décédé célibataire, à 23 ans, le 13 décembre 1910 à 16 heures, à Rennes, 2 rue du manège (rue du père Grignon depuis 1936) (le même jour que son père !) retranscrit à Saint Georges le 7 janvier 1911

(je suppose que c'est lui qui est mort après avoir reçu un coup de sabot de cheval)


Cliquez


Cliquez

Niveau -2

Mon grand-père

Théophile Guénard 1889-1943


Cliquez

Théophile, Ange (prononcez Tophile)

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 9 avril 1889 à Saint Georges de Chesné mais déclaré le 19 août seulement

(Le premier né après l’hécatombe de l'année 88)

Envoyé en pension chez les "frères quatre bras", à Fougères. Avait peu goutté l'humiliation d'une nuit entière à genoux dans l'église pour une faute qu'il n'avait pas commise.

Serait monté à Paris à l'age de 17 ans ... donc vers 1906. Son frère Joseph est déjà à Paris et probablement son cousin Jean Delatouche.

L'état de ses services nous dit :

Employé de commerce en 1910, résidant à Paris département de la Seine, yeux bleus (en fait il avait les yeux marrons clair dit Jean, mais il est possible qu'il ait dit "yeux bleus", par gout de la plaisanterie, à celui qui remplissait la fiche), 1 mètre 66 (puis 1,68 en 1923, 62 kg), niveau d'instruction générale 3

Fait son service militaire au 130e régiment d'infanterie, du 3 octobre 1910 au 20 septembre 1912

Habite au 40 rue Merlin à Paris 11e en 1912 et à nouveau en 1919 (Jean se souviens d'une adresse rue de Filles du Calvaire)

Combattant de la "Grande Guerre", rappelé le 2 aout 1914.

Blessé par balle le 10 aout 1914 à la jambe gauche lors de la bataille de Mangiennes (perte du régiment lors de ce premier combat : 150 tués, 500 blessés et 50 disparus sur 3300 !) et évacué par ambulance sur Chartres le 14 aout. Il reste hospitalisé jusqu'au 22 septembre 1915 et rejoint les armées le 23 novembre 1915. (Mais Jean ne se souviens pas de cicatrices à la jambe)

Blessé le 7 mars 1916 près de Dommartin-sous-Hans. Rendu aux armées le 25 avril 1916 (Jean se souviens d'une blessure à la tête par éclat d'obus)

Fait prisonnier le 15 juillet 1918 à Moronvillier ? (la description de la bataille correspond à ce que j'ai entendu de ma grand mère "Il était observateur d'artillerie et n'a pas été prévenu quand l'infanterie s'est repliée.")

Jean dit qu'il était "Signaleur du bataillon" et d'un opuscule faisant le récit de la bataille citait le signaleur envoyant un dernier message en morse : "Vive la France". Cette phrase était rayée de la main de Théophile avec "Non !" dans la marge

626 disparus selon le journal de marche du régiment ce jour là !

Interné à Darmstadt. Rapatrié le 22 novembre 1918. remis au 70 régiment d'infanterie le 28 décembre 1918.

Jean se souviens que Théophile disait avoir été interné dans le Tyrol où il exerçait des taches de bûcheron et descendait le bois de la montagne avec une schlitte.

A été gazé. Peut être le 7 mars 1916 ? Ou bien le le 15 juillet 1918 ? Ou les deux fois ? Ou sans que ce soit une cause de renvoi en arrière ainsi qu'il apparaît dans les journaux de marche de certaines unités

Est rentré après guerre en Bretagne pour passer quelques mois chez sa soeur Anne-Marie et se remplumer après les privation des 4 mois de captivités. (Les prisonniers avaient fabriqué une balance pour répartir le pain équitablement.) Georges Garancher, né en 1913, se souvenait de cet oncle à la plaisanterie facile et qui lui demandait d'imiter le cris du coq en échange de quelques sous

Réformé PT (?) 50% à partir de 1923 puis 100% en 1924, induration des deux sommets des poumons, tuberculeux. PP 100% en 1927

Reconnu invalide de guerre et militait dans une association de blessés anciens combattants.

Employé par "De Dion-Bouton" fabriquant de vélo et d'automobiles.

Habite toujours à Paris, 40 rue Merlin, en mars 1920

Epouse Yvonne Ragot le 13 mars 1920 à Puteaux. (Yvonne travaillait aussi chez de Dion)

Habite ensuite à Puteaux au 80 rue Jean Jaures.

Ont donné naissance à Jeanne, Pierre et Jean Guénard

Décédé le 20 juillet 1943 à Puteaux (Seine devenue Hauts de Seine). Son épouse est reconnue "veuve de guerre"


Cliquez

Ange Guénard 1890-1960


Cliquez

Ange François Jean Marie

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 27 aout 1890 à St Georges

Extrait de l'état de ses services :

1 m 66, yeux marrons

Incorporé au 54e régiment d'infanterie le 7 octobre 1911. Passé 1re classe le 16 novembre 1912

Passé dans la réserve le 8 novembre 1913

Adresse à Nancy, rue Saint Jean en 1914

Rappelé en activité au 54e régiment d'infanterie lors de la mobilisation générale le 3 août 1914. Blessé le 4 novembre par éclat d'obus au pied droit et évacué.

Nommé caporal le 12 janvier 1915. Affecté au 154e régiment d'infanterie le 31 janvier 1915.

Blessé le 12 juin 1915 par éclats d'obus à la hanche droite et aisselle droite et évacué.

Rejoint le 154e régiment d'infanterie le 25 octobre 1915. Nommé sergent ce même jour.

Nommé adjudant le 5 juin 1916 et sous lieutenant à titre temporaire à compter du 12 juin suivant. Blessé le 27 septembre 1916 à la face par explosion d'obus.

Muté au 372e régiment d'infanterie, armée d'Orient, le 28 janvier 1917.

Blessé par balle à la nuque le 15 mai 1918.

Rejoint son régiment le 27 juin 1918.

Lieutenant de réserve à titre temporaire à compter du 12 juin 1918 (décision du 19 aout 1918)

Evacué pour "courbatures fébriles" (paludisme ?) le 21 aout 1918 vers l'hopital de Salonique. Rejoint son régiment le 28 aout

Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre avec 5 citations

Démobilisé le 2 septembre 1919, il se retire à Rennes, avenue de la gare.

Marié à Angélina Guillou le 24 avril 1922 au Folgoët (Finistère)

2 enfants, Maurice et André

Promu capitaine en 1934 et remobilisé en 1939 puis démobilisé le 31 août 1940 à Rennes pour compter du 26 juin (50 ans)

Habite la banlieue de Rennes, à Chantepie, en 1935

Représentant des vélos Stella "Louison Bobet est le crack de la région. Les performances de celui qui deviendra champion de France amateur cette année-là n'échappent pas à monsieur Guénard, représentant des cycles Stella en Ille-et-Vilaine. Il prévient bien vite Pierre Fonteneau que la région abrite un phénomène qui court sur un vélo Stella.

Mort à Rennes le 2 décembre 1960


Cliquez

Le 27 septembre : A 8h15 le Capitaine Noël (Adjoint major 1ere Brigade) qui apris le commandement du 1et btaillon (le commandant Pernet étant évacué pour fracture de cote) rend compte que les 2è et 3è Cies sont engagées entre la partie S. de Rancourt et le bois de Saint Pierre Vaast (entre Rancourt et Btn de droite de la 151e), mises à la disposition de la brigade Diebold (84e). La 1ère Cie et la CM1 sont en réserve dans la tranchée de Jostow et la carrière à l'extrémité Nord de cette tranchée, sortie S.E. de Rancourt (entre 16eme BCP et 1560), mises à la dispositionde la brigade Gaucher (83e).
Compte rendu du 3e Bataillon (départ 9h40, reçu 10h15); Le Cdt a reçu l'ordre de la Brigade
Diebold de mettre deux Cies (10e et 11e) avec l'Adjudant major sous les ordres du cdt Acquin (P.C.707) Cdt le 16e B.C.P. (83e Brigade). Elles sont destinées a être portées 400 S.E. de la sortie de Rancourt. A 17h15 le Cdt Morris indique qu'une seule des ces Cies est engagée.
A 22h20, le Cdt Morris rend compte : la 9e et la CM 3 sont par ordre du Général de Division,
mises à la disposition du 8e B.C.P. (Cdt de Grilleau) dont le P.C. Est au S. de Rancourt
Le 2e bataillon (Btn Caron) reste sur son emplacement du bivouac de l'Hôpital.
(Aucun élément du 154eme n'est encore engagé).
Les réactions d'artillerie allemande est extrêmement violente pendant toute la nuit.
Pertes du 32e C.A. : officiers : 81 tués ou blessés ; hommes : 3800 tués ou blessés ; prisonniers 8 officiers, 165 hommes.
Au 154e : s/Lieutenant Gourdin, tué, Capitaines de Montry, Noël, blessés ; Lieutenants Lechaux, Mirgain
[Germain ?], blessés ; s/Lieutenant Brivet [Briset ?], Lienard [lire Guénard, il n'y a pas de Lienard dans l'ordre de bataille des officiers], Loubières, blessés. Troupe : 38 tués, 172 blessés, 26 disparus.

Ordre de Bataille des Officiers au 27 septembre 1916 [154e RI]

10e compagnie.
HÉBRAUD, cap. com. la comp.
GUÉNARD, sous-lieutenant.
GERMAIN, sous-lieutenant.
BRISET, sous-lieutenant.

VII. - Citation à l'Ordre de l'Armée, obtenue par la 2e Section de la 22e Compagnie du 372e R. I.

Le Général HENRYS, Commandant l'Armée française d'Orient, cite à l'Ordre de l'Armée :

LA 2e SECTION DE LA 23e COMPAGNIE DU 372e RÉGIMENT D'INFANTERIE

« Chargée de reprendre, par une contre-attaque, une partie du secteur sur laquelle toute une compagnie autrichienne avait pris pied, s'élança à l'assaut sous les ordres de son chef, le Sous-Lieutenant GUÉNARD, franchit un violent tir de barrage, mit l'ennemi en déroute et lui fit 23 prisonniers. »

« Signé : HENRYS. »
Q. G. A., le 3 septembre 1918, N° 239
P. A. le Chef d'État-Major
Signé : EXPERT-BEZANCON

Alphonse Guénard 1892-1892

Alphonse Armand Alfrède

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né le 24 mai 1892 à St Georges et mort le 8 novembre (5 mois)


Cliquez

Jean Guénard 1894-1894

Jean Louis ?

Fils de Joseph Guénard et de Jeanne Royer

Né à St Georges et mort le 30 décembre 1894 (6 mois)


Cliquez

Angélina Guillou 1903

Fille d'Yves Marie Guillou, né le 12 juin 1853 à Ploudaniel, maçon, marin dans la Royale pendant 5 ans, et de Marie Gabrielle Cornec, née le 12 mars 1865 au Folgoët

Née en 1903 ou 1904 au Folgoët (Finistère)

Soeur de :

Victorine née en 1887 ou 8
Philomène née en 1891
Joseph née en 1894
Augustine née en 1898

Epouse Ange Guénard le 24 avril 1922 au Folgoët


Recensement au Folgoët en 1911

Petit fils de Joseph Guénard et Jeanne Royer

Joseph Guénard 1915

Fils de Joseph Guénard et d'Anaïs Dubourne

Né en février 1915

Marié avec Madeleine Chouffet

Père de Joël et ??? (ça va nous revenir, désolé)

Ancien vainqueur du tour du Sénégal à vélo

Maurice Guénard 1926-2003


Cliquez

Maurice Marcel

Fils d'Ange Guénard et d'Angélina Guillou

Né le 5 mars 1926 à Chantepie

Footballeur professionnel à Rennes 

Divorcé d'Yvonne Dreano

Mort le 6 janvier 2003 à Ambon, Morbihan, à son domicile du 19 résidence de Kervenil

André Guénard

Fils d'Ange Guénard et d'Angélina Guillou


Sommaire / Généalogie / Les Bretons / Guénard

Dernière mise à jour le samedi 20 septembre 2014


Aïeux Guénard



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  10 requêtes