Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
 Généalogie
Manuel
personnages principaux
Gens du Nord
Morvandiaux
Anciens Morvandiaux
  Les Bretons
  Guénard
  Aïeux Guénard
  Cousins Guénard
  Autres Guénard
  Billon
  Bouvet
  Brault
  Chaperon
  Cochet
  Delatouche
  Dubourne
  Ecot
  Garancher
  Gaulier
  Royer
  Simon
  Théveux
  Vannier
Les Normands
Gâtinais
Parisiens
Dumay
Alliés
Bilan
Contact
Recherche
Liens
 
 

Les Bretons des marches

 

Les Vannier du Canada

 

Marie-Rose Guénard, une des soeurs de mon grand père Théophile, à épousé Joseph Vannier, puis elle est partie avec lui au Canada et serait morte à Sainte Rose du Lac, avec ou sans enfants, et quand, je n'en savais rien.

La réalité a été cruelle mais je sais maintenant que je peux continuer ma recherche de cousins outre-atlantique.

Julien Vannier

Fils de Julien Vannier

Frère de Michel, témoin à son mariage

Epouse, le 19 février 1735 à Billé, Julienne Delatouche fille de Marguerite Greffier (qui est la grand mère de son fils) et belle fille de Jean Baptiste Coquelin

Laboureur au village du Ronceray à Billé

Mort avant 1795 ainsi que son épouse


Cliquez


Cliquez

Julien Vannier 1738-1794

Julien François

Fils de Julien Vannier et de Julienne Delatouche

Né le 27 janvier 1738 à Billé

Filleul de son grand père Julien Vannier et de sa grand mère Marguerite Greffier

Laboureur à la Ménardière à Billé

Jugé le 28 germinal an II (17 avril 1794) par la Commission Brutus-Magnier et exécuté à Fougères le 2 floréal an II (21 avril 1794) à l'âge de 55 ans

Voir billelesmouches


Cliquez

Documents sur l'histoire de la révolution en Bretagne:
la Commission Brutus Magnier à Rennes
Hippolyte de La Grimaudière
Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, 1879


Cliquez

Billé, Javené, Parcé dans la tourmente révolutionnaire
Marcel Hodebert
Page 134

Jean Vannier 1756-1829

Jean Guillaume

Fils de Julien Vannier et de Julienne Delatouche

Né à Billé le 12 aout 1756

Filleul de Guillaume Delatouche et de Jeanne Vannier

Laboureur âgé de 37 ans demeurant à la Ménardière en 1795

Epouse Marie Jehannin le 10 février 1795 à Billé (22 pluviose an III)

Père de :
Jean Pierre en 1796, 29 ans en 1829, cultivateur à Billé, village de Matratte, époux de Jeanne Marie Brault
Joseph, 24 ans en 1824, 28 ans en 1829 (mais né en 1799)

Cultivateur à Billé, au village du Ronceray (qui fut la propriété d'Etienne Delatouche grand père de Julienne)

Mort le 13 août 1829 à Billé à l'age de 73 ans

Voir geneanet.org/xry


Cliquez


Cliquez


Cliquez

Joseph Vannier 1799

Joseph René

Fils de Jean Vannier et de Marie Jehannin

Né le 27 fructidor an VII (13 septembre 1799) à Billé

Epouse Jeanne Bazin le 8 novembre 1830 à St-Georges-de-Chesné

Père de :
Jeanne Perrine en 1832
Marie Anne Joséphine en 1833
Joseph en 1839

38 ans en 1839, laboureur à Billé, au village du Ronceray

Voir geneanet.org/jcazin


Cliquez

Joseph Vannier 1839

Joseph Jean Pierre

Fils de Joseph Vannier et de Jeanne Bazin

Né le 14 janvier 1839 à Billé

Epouse Rosalie Regnault le 18 février 1870 à St Georges.

Mort après 1903


Cliquez


Cliquez

Rosalie Regnault 1843

Fille de Gilles Regnault et de Rosalie Chevalier

Née le 21 janvier 1843 à Combourtillé

Epouse Joseph Vannier le 18 février 1870 à St Georges.

Morte après 1903


Recensement Saint Georges de Chesné 1896

Rosalie Vannier 1870-1952

Rosalie Joséphine Jeanne Marie

Fille de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Née le 29 novembre 1870 à Saint Georges de Chesné

Epouse Pierre Gaillard le 23 mai 1891 à Saint Georges de Chesné.

Ils ont eu 6 enfants dont Joseph Gaillard qui s'est marie en 1924 à Cesson-Sevigne avec Julie Trumel

Décédée à Cesson-Sévigné le 15 décembre 1952


Cliquez

5000 francs en 1903 équivalent à 20 000 euros en 2014 

Joseph Vannier 1873-1948

Joseph Marie Jean Louis

Fils de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Né le 16 juillet 1873 à Saint Georges de Chesné, au village de la Grange

Chatain, yeux gris, 1,57 m

Laboureur

Passé sergent au bout de 2 ans de service militaire, en novembre 1896

Epouse Marie-Rose Guénard le 22 février 1903 à St Georges.

Partis au Canada avec 5000 francs plus la promesse d'un revenu de 300 francs à la mort du père de Joseph

Adresse le 12 juillet 1904 : Makinak (Manitoba)

Marie-Rose meurt à la fin de 1904 et il est donc veuf et semble le rester

En 1906, il est recensé dans le Manitoba, sans son fils. Joseph a 33 ans ce jour là mais l'age indiqué est 30 ans. Son bureau de poste est à Sainte Rose du Lac. Il est ouvrier agricole dans la famille d'Olivier Lecomte arrivée de France en 1892. Cette famille est installée sur la "section 31, township 23, range 15, méridian w". La famille a 8 chevaux, 15 vaches laitières et 20 autres bovins, 4 cochons.

Voir Dominion Land Survey ou List of Districts and Sub-Districts et la carte du Manitoba pour compter les petits carrés ou plus simple

Je pense l'avoir retrouvé dans le recensement de 1911 à North Vancouver, malgré une différence de date de naissance, mais il est avec son fils devenu Antony. Il est jardinier dans un couvent, travaille 60 heures par semaine et gagne 750$ par an

Déclaré insoumis le 2 mars 1916 parce qu'il n'a pas répondu à l'ordre de mobilisation de 1914 (il avait alors 41 ans)

Il est probablement mort le 12 janvier 1948, d'un problème cardiaque, à Vancouver ou il était toujours jardinier en 1945, toujours veuf et ou personne ne connaissait le nom de ses parents.


Cliquez


Cliquez


Cliquez


Cliquez

"Olivier Lecomte from Ille de Villaines"

Et effectivement, le couple formé par Olivier Lecomte et Marie Rose Lebouc est originaire de Domalain, au sud de Vitré

Leur pierre tombale à Sainte Rose


Cliquez

"un colon ou « homesteader » pouvait obtenir 160 acres de terre gratuitement tant qu'il améliorait la terre, la cultivait et y vivait pendant trois ans. Son seul coût était un droit d'enregistrement de 10 $. Mais il fallait travailler d'arrache-pied pour labourer l'épaisse terre glaise, construire une maison dans un pays sans forêts et obtenir une récolte."

Les chemins dessinent de grands carrés d'un mille anglais de coté, ces grands carrés sont découpés en 4 carrés plus petits faisant donc environs 805*805 m et donc 65 hectares, soit 160 acres

Joseph Vannier et Marie Rose Guénard étaient donc probablement installés très brièvement sur un de ces petits carrés ... Lequel ?

"Dès 1888, les dirigeants du plan de colonisation francophone se tournent vers l’Europe, et la venue de familles françaises, suisses et belges occasionne la fondation de nouvelles paroisses, [...] elle assure la base démographique nécessaire pour mener une résistance acharnée contre l’assimilation."

ADIV- 6 M 691 - Document12

Ouest-Eclair
Samedi 4 avril 1903
LES BRETONS AU CANADA

Une lettre d’un émigrant - Etre propriétaire au Canada vaut mieux que domestique en Seine-et-Oise - Prochain départ de Saint Malo.

Monsieur le recteur de Magoar nous adresse la lettre ouverte suivante pour les Bretonsqui veulent émigrer :

Mes chers compatriotes,
Plusieurs d’entre vous ont déjà entendu parler des avantages qu’offre le Canada aux nouveaux colons. Chacun possède 65 hectares de terrain pour la somme de cinquante francs. C’est un revenu de six cents francs accordé à tout nouveau venu, pourvu qu’il soit âgé de 18 ans. Un revenu de six cents francs, “ daou c’hant skoet leve” , l’avantage de vivre en famille dans ses propres terres, n’est-ce pas assez pour préférer l’émigration au loin à ces passages de quelques mois dans les environs de Paris, Versailles ou ailleurs ?
Les enfants ayant atteint l’âge de 18 ans, jouissent du même privilège que leur père, ce qui double, triple, quadruple le revenu de la même famille qui se compose de un, deux, trois garçons. Les produits agricoles du Canada sont les mêmes que ceux de notre pays : blé, orge, avoine, pois, sarrazin, fèves, maïs, pommes de terre, navets, graine de lin, pommes, prunes, foin, miel, beurre, fromage, etc, etc.
Aujourd’hui l’industrie laitière, inconnue il y a trente ans, l’industrie porcine, l’élevage, l’exportation d’animaux, l’horticulture, la culture des pommes, etc, tout a pris des développements considérables et en prend chaque jour de nouveaux.
Des lignes de chemins de fer sillonnent de plus en plus le Canada; les communications sont plus faciles, et les colons sont d’une part beaucoup moins isolés qu’ils ne l’étaient autrefois, et d’autre part, ils sont, quand ils savent s’y prendre, beaucoup plus aidés. Du reste, ceux que le défrichement des forêts effraye, pouvant aller s’établir dans l’Ouest en Saskatchewan par exemple. Ils trouvent là d’immenses prairies vierges qui leur fournissent des pâturages tout prêts pour l’élevage et qui, pour peu qu’ils y promènent le soc de la charrue, se transforment en de riches champs de blé et de toute sorte de céréales.
Là, point d’arbres à déraciner, point de rochers à extirper, la transformation de la prairie en champs cultivés y est des plus faciles, et les chemins de communication s’y établissent aisément. Il suffit de quelques années de travail au colon arrivé pauvre, sur son lot, pour se voir à la tête d’une exploitation considérable.
Quatre provinces se partagent ces plaines avantageuses : c’est le Manitoba, l’Assiniboine, le Saskatchewan et l’Alberta.
Quant à moi, mes chers compatriotes, je vais au secours des chrétiens de la Saskatchewan; je pars le 29 avril de Saint Malo. Il va sans dire que je me mets à la disposition des Bretons qui voudraient émigrer au Canada, pour leur procurer tous les renseignements désirables. Hâtons-nous de nous entendre, de nous décider, si nous voulons former une colonie bretonne assez forte pour faire reculer les Protestants qui envahissent ce pays.
Le Floc’h, recteur de Magoar.


ADIV - 6 M 691 - Document 20 ( A)

République française
Ille- et- Vilaine
Sous-Préfecture de Fougères
1e division

Fougères le 11 juillet 1904

Le Sous-Préfet de Fougères
à Monsieur le Préfet d’Ille-et-Vilaine

Conformément aux instructions contenues dans votre lettree du 8 juin dernier, j’ai l’honneur de vous donner, ci-après, les noms, la situation de fortune et la profession des personnes qui ont émigré au Canada depuis avril 1903, dans mon arrondissement.
Le Sieur Deshayes, Victor, de Cogles, âgé de 26 ans, menuisier et journalier agricole
Son frère Deshayes, Jean, 19 ans, journalier agricole,
Ces jeunes gens ne possédaient absolument rien et sont employés au Canada comme garçons de culture.
Le Sieur Vannier, Joseph, de Saint Georges de Chesné, 30 ans, avec sa femme Guénard, Marie, partis avec une somme de 5000 francs, ils exercent la profession de cultivateurs. A la mort de son père, le Sieur Vannier pourra avoir un revenu de 300 francs.
Le Sieur Simon, Constant, de Poilley, âgé de 24 ans, domestique de ferme, n’avait aucune fortune.
Le Sieur Goudal, Pierre, de Louvigné du Désert, 40 ans, charron, parti avec sa femme et ses 4 enfants. Possédait au moment de son départ, une somme de 1000 F produit de la vente d’une maison.
Le Sieur Ferrand, Eugène, de Mauthault, 40 ans, cultivateur. Parti en compagnie de sa femme et de ses 4 enfants. Il ne possédait que l’argent nécessaire à leur voyage, 500 francs environ.
Le mouvement d’émigration, quoique petit, pourrait, peut-être, être détourné au moyen d’une propagande permanente au profit de l’Algérie, par l’affichage dans chaque commune de placards indiquant les avantages offerts aux colonisateurs dans cette colonie et les mettant en garde contre les déboires qui les attendent au Canada.

Jean Louis Vannier 1875

Fils de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Né le 24 avril 1875 à Saint Georges de Chesné

Châtain, yeux châtains, 1,60 m

Etudiant ecclésiastique vers 1895

Ajourné pour faiblesse en 1896 et dispensé parce qu'il a un frère au service en 1897, il renonce au bénéfice de la dispense et effectue un service militaire au 70e régiment d'infanterie, de novembre 1897 à septembre 1898

En octobre 1898, il est au grand séminaire à Rennes

En octobre 1901, il est vicaire à Moutiers

En 1908, il est au presbytère de Bedée

Mobilisé le 8 août 1914 jusqu'à février 1919, il est infirmier

Médaille d'honneur des épidémies (vermeil) en 1919


Cliquez


Cliquez

Emile Vannier 1878-1915

Emile Marie Joseph

Fils de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Né le 24 avril 1875 à Saint Georges de Chesné

Blond aux yeux bleus, 1,52 m

Cultivateur vers 1898

Ajourné pour "défaut de taille" en 1899 et 1900, il est placé dans les services auxiliaires en 1901

En 1914 il est finalement jugé bon pour le service et incorporé, le 24 septembre, au 76e régiment territorial d'infanterie (comme Joseph Guénard).

Il meurt le 6 février 1915, 4 jours après son entrée à l’hôpital de Vitré pour bronchopneumonie


Cliquez


Cliquez

Marie Vannier 1881-1959

Marie Joseph Amandine

Fille de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Née le 20 avril 1881 à Saint Georges de Chesné, au village de la Grange

Décédée à Saint Aubin du Cormier le 20 novembre 1959


Cliquez

Amandine Vannier 1884

Amandine Marie Thérèse

Fille de Joseph Vannier et de Rosalie Regnault

Née le 17 juillet 1884 à Saint Georges de Chesné

Epouse François Chevallier le 20 avril 1912 à Saint Georges de Chesné


Cliquez

Joseph ou Antony Vannier 1903

Joseph Marie Antoine

Fils de Joseph Vannier et de Marie-Rose Guénard

Né le 12 juillet 1903 à Sainte Rose du Lac

Sa naissance est déclarée par son père le 8 aout

Le médecin ou la sage-femme est E. Béasse, peut être Ernie Beasse, une veuve agée de 66 ans en 1906, venant de France et arrivée au Canada en 1894, pensionnaire de la famille Gaullier à Laurier

Filleul d'Olivier Lecomte et Marie Rose Lebouc pour qui son père travaille ensuite en 1906

En 1911 il serait avec son père à Vancouver, écolier. Son prénom s'est anglicisé en Antony et il ne parle qu'anglais.

Jean me dit qu'il avait appris qu'en 1945, quelqu'un, probablement un militaire américain ou canadien, et probablement en Bretagne, cherchait des renseignements sur la famille Guénard mais aurait été éconduit ...


Sommaire / Généalogie / Les Bretons / Vannier

Dernière mise à jour le samedi 23 août 2014


Généalogie



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  10 requêtes