Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
Généalogie
 Réflexions
 Sécurité routière
 Orphelins de guerre
 Gauche et droite
 Mariage pour tous
 Revenu citoyen
 Droit du sol
Radegonde
Bateaux
ADSL
Algodystrophie
Mes sites
Contact
Recherche
Liens
 
 

Réflexions

 

Injustice, ingratitude et indifférence
ou réparation, reconnaissance et fraternité ?

 

C'est probablement en vieillissant que l'on prend à la fois conscience de l'injustice, de l'ingratitude et de l'indiférence qui caractérise trop souvent nos sociétés.

Mais c'est aussi en vieillissant que l'on se rend compte qu'il est un peu vain de vouloir changer le monde et que le caractère des hommes ne change pas. Que ce qu'on l'on croyait les erreurs du passé, reste les erreurs du présent.

J'étais un jeune orphelin de père, qui pensait vivre une vie normale. Je suis maintenant un cinquantenaire regardant son histoire comme celle d'un abandon. Et je sais que cet abandon ne sera pas réparé.

Mais d'autres que moi, qui ont probablement eu plus de malchance dans un premier temps, ont eu plus de chance ensuite, apparemment. En 2000 une annonce puis une loi m'avait révolté. C'était à mon avis une loi raciste, reprenant les critères racistes d'un certain Hitler :

"Décret n°2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites"

Par cette mesure, le gouvernement français réparait (bien tardivement) une faute gigantesque de l'état français. Mais était-ce sa seule faute et la France doit-elle seulement réparer ses fautes ?

"Décret n° 2004-751 du 27 juillet 2004 instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins dont les parents ont été victimes d'actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale"

Quatre ans plus tard, le gouvernement de mon pays, réalisait que les mesures prosémites étaient probablement "racistes" tout comme les mesures antisémites et que, si leurs conséquences n'étaient en rien comparables, elles n'étaient pas pour autant sans conséquences regrettables.

Je constate donc une amélioration manifeste mais est-ce suffisant ?

D'autres mesures ont suivi :

"Loi n°2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés.

Les personnes reconnues pupilles de la Nation, orphelines de père et de mère, de nationalité française et ayant fixé leur domicile en France ou dans un Etat de la Communauté européenne au 1er janvier 2004, dont l'un des parents a servi en qualité de harki ou membre d'une formation supplétive, non visées à l'alinéa précédent, bénéficient d'une allocation de 20 000 Euros, répartie en parts égales entre les enfants issus d'une même union."

Là c'est une autre faute indépendante de Vichy (quoique) qui est reconnue et indemnisée, à défaut de pourvoir faire partager cette faute par les exécutant du crime et leur commanditaires.

C'est bien.

Les fautes de l'état français

Par les mesures déjà prise, les dirigeants de la France ont montré qu'ils étaient désireux d'indemniser certaines de victimes des fautes de l'Etat Français. D'abord la quasi totalité des victimes de la politique raciale des nazis avec la complicté de l'état de Pétain. Ensuite certaines des victimes de la répression de la résistances ou de la pratique du système des otages. Et même certaines victimes de la difficile et meurtrière décolonisation.

Qui sont les oubliés ?

Je pense évidemment aux enfants des autres victimes de la répressions de la résistance. Ceux qui sont morts au combats contre la milice notamment.

D'autres victimes indirectes de Vichy sont les Alsaciens et Moselans que la France a laissés tomber et qui ont été forcés de combattre pour l'Allemagne. 

Les mobilisé de 39/40. Dans ce cas, il n'y a pas vraiment faute de l'état (quoique) mais si on oblige un père à combattre, on doit amoindrir les conséquences pour ses enfants. Une prise en compte particulière me semblerait normale aussi.

Que tous ces orphelins victimes des fautes de la France, reçoivent une indemnisation, me semble normal. Cette indemnisation pourrait augmenter en fonction du nombre de membres de la famille disparus. Ce n'est pas pareil d'avoir perdu un père et d'avoir perdu père, mère, grands-parents, oncles, tantes, frères et soeurs...

La reconnaissance que la France devrait exprimer

Si la France doit reconnaitre ses fautes, elle devrait peut être songer également à exprimer sa reconnaissance.

Si on condamne la barbarie, ne faut-il pas encourager et soutenir ceux qui décident de lutter contre la barbarie ?

Les combattants volontaires ont accepté leur sort. Aucune indemnisation ne leur est donc due, ni à leurs enfants. Il ne s'agit pas d'indemniser une faute mais de savoir si on encourage ou pas ce genre d'attitude et si on envoie le message "battez vous pour votre pays, il s'occupera de vos enfants", ou pas.

J'aurais spontanément tendance à vouloir dire aux pères "Restez chez vous et occupez vous de vos femmes et de vos enfants" mais alors pas de Leclerc par exemple. Et dans ce cas il aurait fallu refuser leurs engagements. Et puis dans le cas un peu spécial de mon père à moi, j'aurais tendance à vouloir dire "Battez vous pour votre pays, vous qui n'avez pas d'enfant, mais s'il vous arrive de mourir plus tard à cause de ça et que vous avez eu des enfants entre temps, nous nous en occuperons dignement".

Donc une preuve de reconnaissance supérieure aux indemnités versées pour les enfants de ceux qui n'ont pas choisi leur sort, me semble la moindre des choses, non ?

La solidarité attendue par des Français

Pour les orphelins de parents tués du simple fait de la guerre, je ne vois pas pourquoi ils seraient prévu un traitement différent de celui prévu pour les orphelins de temps de paix. La France n'était pas responsable de cette guerre, donc pas de faute globale vis a vis de sa population et ce n'est pas parce qu'ils sont plus nombreux et plus capables de constituer un groupe de pression, qu'il faut les traiter différemment. Si on considère qu'ils sont mal traités alors il faut traiter mieux tous les orphelins.

Et ceux qui cumulent

Les orphelins des combattants volontaires et par la faute de l'état français. Ceux là, les fils de résistants déportés, les fils de résistants fusillés, ceux des FFL morts en Syrie, devaient évidemment cumuler les indemnités et les preuves de reconnaissances.

Pour le moment la plupart n'ont rien. Ils cumulent les preuves d'ingratitude.


L'histoire de mon père, spahi de la France Libre

Et un principe de précaution

Mon père est mort neuf ans après la fin de la guerre, d'une tumeur au cerveau, dix jours avant mon premier anniversaire.

Il avait eu un accident de moto en Egypte, en 1942, quand il était au QG de la DFL, avec un choc suivi de coma, puis des maux de tête, des problèmes de vue. Personne ne saura jamais si tout ça était lié.

Il s'est donc marié en 1949 et a procréé sans savoir ce qui l'attendait.

Quand ma mère a essayé de faire reconnaitre un lien entre sa mort et ses cinq ans de guerre, on lui a dit qu'il faudrait qu'elle trouve des témoins. Personne dans l'armée n'a recherché ces témoins. Personne dans les associations d'ancien combattant ne semble s'être enquis des difficultés que ma mère pouvait rencontrer. Pourtant maintenant je me rends compte que la France Libre était un petit monde et que des témoins pouvaient être aisément retrouvés. J'ose même penser que devant cette situation, ils pouvaient faire sans scrupules des faux témoignages. Dans le doute choisi la raison du plus faible.

Ma mère aurait été veuve de guerre et j'aurais été pupille de la nation. J'aurais reçu ce message de reconnaissance. Dans le doute et par précaution, on devait bien ça à mon père, il me semble.

"La France adopte les orphelins ... Dont le père, la mère ou le soutien de famille est mort de blessures ou de maladies contractées ou aggravées du fait de la guerre."


Sommaire / Réflexions / Orphelins de guerre

Dernière mise à jour le dimanche 03 mai 2009


Gauche et droite



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  7 requêtes