Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
Généalogie
 Réflexions
 Sécurité routière
 Orphelins de guerre
 Gauche et droite
 Mariage pour tous
 Revenu citoyen
 Droit du sol
Radegonde
Bateaux
ADSL
Algodystrophie
Mes sites
Contact
Recherche
Liens
 
 

Réflexions

 

Sécurité routière

 

Communication de Monsieur Charles François, Premier ministre

Mes chers concitoyen.ne.s

(Heu, non, je reprends, ça se lit mal et c'est inaudible à l'oral)

Mes chers concitoyennes, mes chers concitoyens,

Le terrorisme nous a fait subir de terribles drames. Des morts, des blessés, des familles dans la peine, tout cela est inadmissible. L'état a mis en oeuvre des moyens considérables pour lutter contre cette perversion humaine et notre lutte continue comme il se doit.

Mais ces morts et ces souffrances ne doivent pas nous faire oublier d'autres morts et d'autres souffrances, malheureusement bien plus nombreuses et auxquels nous nous sommes probablement trop habitués.

Je veux parler de ce qui frappe des femmes et des hommes à un âge où ils n'ont pas encore accompli leur vie. Je veux parler de la maladie précoce, des addictions mortifères, du suicide, des accidents (tous les accidents, ceux de la vie courante, du travail, du sport, des transports), de la violence, surtout de la violence dans le couple et dans la famille, dont les victimes sont presque toujours des femmes et des enfants.

Contre tout cela nous devons luter comme nous lutons contre le terrorisme. Je dirais même que nous devons faire beaucoup plus parce que ce sont des dizaines de milliers de victimes dont il s'agit chaque années.

Contre chacun de ces fléaux, je présenterai les mesures que compte adopter mon gouvernement, mais aujourd'hui je veux vous parler d'une violence dont nous sommes tous co-responsables, la violence routière.

L'analyse de la situation montre que les progrès que nous avions accomplis pour la sécurité routière depuis le début de ce siècle commence à stagner et que même nous régressons contrairement à nos espérances. De nouvelles mesures sont donc nécessaires.

Les mesures reglementaires

Contrairement à ce qui a été annoncé par la presse, une limite de vitesse à 80 km/h sur l'ensemble du réseau secondaire ne me semble pas une bonne mesure. Nous devons agir avec plus de discernement et adapter les limites de vitesse à chaque particularités de ce réseau.

J'ai donc demandé à mes services d'utiliser toute la puissance d'analyse dont nous sommes aujourd'hui capables grâce au "big data" et à l'intelligence artificielle pour que de nouvelles limitations de vitesses à 70 km/h soient mises en place partout ou la dangerosité de ce réseau secondaire est grande. Je pense aux routes étroites ou bordées d'obstacles comme des arbres ou des canaux. Je pense aux routes sinueuses où la visibilité est réduite, je pense aux routes mal entretenues parce que peu fréquentées.

Mais si la vitesse accroît les conséquences d'un accident, elle ne serait pas dangereuse en elle même si tous les véhicules roulaient en permanence dans leur file en gardant constamment leurs distances. Personne ne dit qu'un TGV est dangereux à cause de sa vitesse.

La 2e mesure qui va être mise en place est donc l'interdiction de dépasser là où un dépassement nécessite d'utiliser une voie empruntée par des véhicules roulant en sens inverses. Les seuls dépassements autorisés dans ce cas seront les dépassements de véhicules relativement lents, c'est à dire roulant à une vitesse inférieure de 20 km/h à la vitesse maximum autorisée. Lors de ce dépassement un exces de vitesse de 20 km/h sera autorisé.

Je donne un exemple pour être clair. Vous circulez sur une route à 2 voies et double sens, limitée à 90 km/h. Devant vous une automobile roule à plus de 70 km/h. Dans ce cas vous patientez derrière elle et vous gardez vos distance. Si elle ralentit et roule à moins de 70 km/h, vous pouvez la doubler (si les circonstances le permettent, évidemment) et atteindre 110 km/h lors de ce dépassement puis vous rabattre et relever le pied pour revenir à 90.

Réciproquement, tout véhicule doublé devra ralentir doucement pour atteindre une vitesse inférieure de 20 km/h à la vitesse maximale autorisée.

Un exemple là aussi. Vous êtes en ville, vous roulez à 50 km/h comme il convient. Un "excité" entreprend de vous doubler, alors vous devez lever le pied pour ralentir à 30 km/h afin que cette situation dangereuse dure le moins longtemps possible. Votre façon de conduire doit tenir compte des fautes des autres, sinon vous êtes vous aussi en faute.

Avec cette nouvelle réglementation les dépassements devraient donc être exceptionnels et brefs. Votre sécurité augmentera sans que les vitesses maximales autorisées aient été réduites sur la plupart des routes.

Les moyens pour faire appliquer cette réglementation

Edicter des règles ne sert à rien si on ne se donne pas les moyens de les faire appliquer. Traditionnellement c'est la répression qui est utilisée.

La répression et donc les radars, les contrôles par la police et la gendarmerie, continueront évidement à être employés et seront renforcés mais je veux aujourd'hui vous proposer une nouvelle façon de faire. Plutôt que la répression, l'incitation et l'exemple.

A ma demande seront bientôt mis sur le marché des petits appareils au format et au prix de simples smartphones bas de gamme, (environs 150 Euros).
Cet appareil que j’appellerai un "auto-contrôleurs" pourra lire le contenu de la puce d'un permis de conduire au format "carte de crédit".
Il pourra tester vos réflexes avant démarrage (ce qui est plus simple à faire et plus universel que les éthylotest) et tenter de vous dissuader de conduire si vos reflexes sont ralentis par la prise d'alcool ou d'une autre drogue, d'un médicament, de la fatigue, d'une maladie.
Il calculera votre vitesse et connaitra votre position grâce au système européen Galileo. Il saura quelle limite de vitesse vous concerne à chaque instant et vous avertira si vous la dépassez.
Il filmera ce qui se passe devant votre véhicule et vérifiera que vous respectez les distance de sécurité. Il vous avertira si ce n'est pas le cas.
Il pourra enregistrer ces données, ces images, ces sons en permanence et en cas d'accident il servira de "boites noire". Il pourra appeler les secours en cas de choc ou de demande de votre part (pour un accident ou pour une agression par exemple).

Et donc cet appareil sera capable de faire le bilan de votre conduite et si elle est jugée suffisamment respectueuses du code de la route pendant au moins 1000 km, alors vous recevrez 10 Euros de la part du gouvernement. Et si vous continuez de la même façon, vous recevrez 20 Euros par tranche de 1000 km supplémentaires. Mais en cas d'infraction inacceptable votre compteur de km retombera à zéro.

Ainsi une bonne conductrice, un bon conducteur, parcourant 15 000 km/an, pourra recevoir 300 Euros chaque année.

Donc ce système ne vous pénalisera pas, il vous récompensera si vous le méritez. Plus vous serez méritant (et donc exemplaire), plus il vous récompensera. Et c'est l'argent collecté par la répression (la fameuse "vache à lait" des radars) qui ira des mauvais conducteurs vers les bons.

Et l'état ne sera peut être pas le seul à vous récompenser. Votre famille, vos amis, votre employeur, votre assurance, pourront ajouter leurs contributions à celle de l'état. Une nouvelle façon de dire "soit prudente, soit prudent, on tient à toi".

Qui est concerné ?

Dans un premier temps, les "auto-contrôleurs" seront acquis par celles et ceux qui le désirent. Leur achat ne sera imposé qu'à ceux qui voudront regagner des points sur leur permis.

Ce seront des appareils indépendants du véhicule auxquels ils ne seront raccordés que pour la recharge de leur batterie.

Leur usage sera facultatif et vous pourrez les désactiver si vous avez l'intention de conduire "hors limite" (mais vous ne le ferez pas).

Dans un 2e temps, ils seront implantés sur les véhicules neufs et pourront agir directement sur le véhicule pour limiter sa vitesse et n'autoriser le démarrage qu'après introduction d'un permis valide et un test de réflexe réussi.

Autres usages

Les "auto-contrôleurs" pourront enregistrer des données concernant les autres véhicules identifiés par leurs plaques d’immatriculation. Ces données ne serviront pas directement à la répression mais pourront constituer des éléments à charge en cas de constatation d'une infraction par les forces de l'ordre ou en cas d'accident. Les propriétaires des véhicules pourront recevoir des avertissement pour les mettre en garde et les inciter à s'équiper eux aussi d'"auto-contrôleurs".


Sommaire / Réflexions / Sécurité routière

Dernière mise à jour le mardi 09 janvier 2018


Orphelins de guerre



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  7 requêtes