Les pages diverses et variées de Jacques Ghémard

 
Accueil
Sommaire
 Généalogie
  personnages principaux
   Louise
   La lettre
   Naissance de Pierre
   Y
   Ticket !?
   Son fils Pierre
   Maman Ninie
   Lusigny
   Homme pressé
   Lettre logeur
   Laizy
   Enfance
   Ecole Autun
   Bonne d'enfant
   Zimmermann
   Paris
   Obernai
   Photos
   Ou est elle ?
   Récapitulation
Mariages
Jeanne Guénard
Massy
  Ferdinand
  Ghemar?
  Louis-Joseph
  Paul Grattier
  L'épi d'or
  Le cas Lagoutte
  Claudie André
  Berthot
Contact
Recherche
Liens
 
 

Louise Ghémard, ma mystérieuse grand-mère

 

Enfance à Laizy, Mesvres, Autun

 

Les recensements de population permettent de suivre plus ou moins Louise

1895, naissance à Laizy

La vie de Louise commence donc à Laizy mais combien de temps y reste-t-elle ?

1896 à Mesvres

En 1896, la Famille de Ferdinand est à Laizy, Il est facteur.

Avec lui sa femme, Françoise Lagorgette, garde Barrière. On trouve aussi sa belle fille, Anne(tte) Boudot, sa fille de son premier mariage, Marie Ghémard, son fils Jean, mais pas de Louise. Par contre deux "nourrissons" venant très probablement d'une famille locale et peut être parente, les Dechaume.


Cliquez

Louise est probablement au hameau du Runchy à Mesvres, à 6 km de Laizy, avec ses grands parents maternels, Pierre Lagorgette et Elisabeth Bobereau. Elle s'appelle encore Elisabeth et son nom est déformé en Gamard.


Cliquez

Un léger doute puisque Pierre et Elisabeth ont une fille, Elisabeth, épouse de Phillibert Gagnard.

Gamard pourrait donc être Gagnard plutôt que Ghémard ???

Mais aucune naissance de Gagnard à Mesvres dans la tables de 1893 à 1902. Ni de 1883 à 1892 d'ailleurs. A Laizy peut être ? Pas plus ???

En 1901 le couple Gagnard est à Laizy, sans enfants.

1901 à Laizy

Triste année 1900 pour Françoise Lagorgette. Son époux Ferdinand est mort au début de l'année, sa mère est morte en novembre.

Pierre Lagorgette est désormais seul à Mesvres.

En 1901, Louise est donc à Laizy, avec Françoise sa mère, son demi frère Emile, facteur comme son père et qui va bientôt se marier, son frère Jean Marie et sa petite soeur Marguerite. Un nourrisson est également sous le toit familial. Par contre les filles des précédents mariages sont parties.


Cliquez

En 1906, toujours à Laizy

Toujours à Laizy, mais toujours travestie. Louise est devenue Marie. Pourtant c'est bien son année de naissance et c'est bien la seule fille de Françoise née cette année là.


Cliquez

La famille s'est réduite. Françoise n'a plus de nourrissons. Emile s'est marié et est devenu "facteur receveur".


Cliquez

1911 à Autun

En 1911, Françoise est seule. Elle a quitté la gare pour la "rue de la gare" et elle est désormais journalière. Une Jeanne Gauthey l'a remplacée comme garde barrière.


Cliquez

Emile a eu deux fils.


Cliquez

Jean est à Autun, hameau de Montromble à mi chemin du Creusot, domestique dans la famille Cogny


Cliquez

Quand à Louise et sa soeur Marguerite, nous savons qu'elles sont pensionnaires dans une école d'Autun, mais les recensements ne donne pas de liste nominatives de ces "populations comptées à part"


Cliquez

1914-18

Ensuite les recensements s’interrompent à cause de la guerre.

Marguerite sera religieuses et infirmière. Louise sera lingère. Je supposais donc qu'elles ont été employées par l'un des hôpitaux militaires installés à Autun durant cette période. Reste à trouver leurs archives ... Mais désormais il est plus probable qu'elle était à Neuilly sur Seine ou on la situe en janvier 1919. Ou bien Autun puis Neuilly ?

HC n° 1
Autun - Caserne Billard, 17 rue Saint-Antoine - 286 lits - Fonctionne du (2 août 1914 au ?) -
Autun - Ecole libre Saint-Symphorien, 12 rue des Marbres - 60 lits - Fonctionne du (2 août 1914 au ?) -

HA n° 8
Autun - École, 8 rue de l'Arquebuse - 56 lits - SSBM - Fonctionne du (2 août 1914 au ?) -
D. Maison Gillot, rue du faubourg Saint-Andoche - 10 lits - SSBM - Fonctionne du (15 juin 1915 au ?) -
Annexe: Epinac - Infirmerie des Mines - 22 lits - SSBM - Fonctionne du (2 août 1914 au ?) -

HC n° 10
Autun - Maison du Saint-Sacrement, rue Saint-Andoche - 110 lits - Fonctionne du (3 août 1914 au ?) -
Pensionnat Saint-Andoche, rue du Faubourg Saint-Andoche - 105 lits - Fonctionne du (3 août 1914 au ?) -

HC n° 11
Autun - Institution d'enseignement libre Saint-Lazare, 14 rue aux Rats - 156 lits - Fonctionne du (2août 1914 au ?) -

HC n° 68
Autun - Collège communal, place du Champ de Mars - 200 lits - Fonctionne du (? au  ?) -

HDC n° 82
Autun - Caserne Billard, rue Lauchien-le-Boucher - 250 lits - Fonctionne du (11 février 1915 au ?) -

CAMP HOSPITAL NO. 47p

Camp Hospital No. 47 was established in June, 1918, at Autun, Department Saone et Loire, intermediate section, its personnel coming from the American Expeditionary Forces at large. This organization remained until July 30, 1918, when it was relieved by Base Hospital No. 45. The base hospital unit remained until August 19, 1918, when it was transferred to Toul for duty. The hospital remained vacant until September 24, 1918, when casual personnel arrived and reestablished Camp Hospital No. 47, which then occupied a French building, the Caserne Billard, originally a seminary and later used by the French as barracks; its capacity was 500 beds. The first patients were received October 10, 1918, from a hospital train, about 344 in number and nearly all convalescing. This institution functioned as a camp hospital until November 1, 1918, when its designation was changed to Base Hospital No. 208.


pThe statements of fact appearing herein are based on the "History, Camp Hospital No. 47, A. E. F.," Autun, by the commanding officer of that hospital. The history is on file in the Historical Division, S. G. O., Washington, D. C.-Ed.

BASE HOSPITAL NO. 208s

Base Hospital No. 208 came into existence on November 1, 1918, when Camp Hospital No. 47, located at Autun, Soane et Loire, was officially designated Base Hospital No. 208. The hospital was located in a large three-story stone building, which before the war had been a school, and during the war, prior to its occupation by the United States, had been used by the French as a temporary hospital. The building was first taken over by the United States in June, 1918, but did not function as a hospital until the first week in August, when Base Hospital No. 45 arrived and took possession. This unit remained only a short time and was then transferred elsewhere. On September 24 a medical officer and 50 enlisted men arrived and began functioning as Camp Hospital No. 47. On November 1, 1918, Camp Hospital No. 47 became Base Hospital No. 208, functioning as such until the middle of December, 1918, when all patients were evacuated, the property was returned to the medical supply depot, and on December 31, 1918, the entire personnel left Autun for Bordeaux to take over Base Hospital No. 6.

The organization arrived at Bordeaux on January 2, 1919, and on January 15 took over all patients, property, and records of Base Hospital No. 6. During its existence, Base Hospital No. 208 evacuated a total of 6,575 cases, of which 4,950 were ambulatory, without dressing. Base Hospital No. 208 ceased to function June 1, 1919, and its personnel sailed on the Alphonso for the United States on June 13; arrived in the United States June 24, 1919; and were demobilized on June 27, 1919.

PERSONNEL

COMMANDING OFFICER

Lieut. Col. Gustavus M. Blech, M. C., November 1, 1918, to June 1, 1919.

CHIEF OF SURGICAL SERVICE

Capt. Raymond M. Spivy, M. C.

CHIEF OF MEDICAL SERVICE

Maj. Franklin A. Martin, M. C.


Sommaire / Généalogie / personnages principaux / Louise / Enfance

Dernière mise à jour le samedi 25 juin 2011


Ecole Autun



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 12 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  13 requêtes